Des milliers de Brésiliens mobilisés dans quatre États grâce au mouvement « Libérons-nous des énergies fossiles »

Imagem de domínio público

En réponse directe aux engagements de la COP21, qui sont clairement insuffisants pour mettre un terme aux changements climatiques, 350.org Brésil et ses partenaires s’apprêtent à lancer l’action mondiale « Libérons-nous des énergies fossiles » (Break Free from Fossil Fuels) dans quatre États brésiliens. Ces actions se dérouleront simultanément dans plusieurs pays, entre le 4 et le 15 mai, afin de montrer à l’industrie fossile que nous voulons un futur renouvelable et une eau propre.

Imagem de domínio público

Organisée par le mouvement climatique 350.org et des organisations partenaires telles que COESUS – Coalizão Não Fracking Brasil (Coalition brésilienne contre la fracturation hydraulique et pour le développement durable), la campagne internationale aura pour objectif de mobiliser des millions de personnes dans le monde afin de pousser l’industrie des hydrocarbures et les autorités locales à arrêter l’extraction des combustibles fossiles et à accélérer une transition juste vers une énergie 100 % renouvelable et un avenir durable pour chacun d’entre nous.

« Nous avons travaillé avec des communautés traditionnelles afin d’organiser une série d’événements dans plusieurs États, avec l’appui de centaines d’associations et de bénévoles. Le but est de montrer que nous, citoyens brésiliens, sommes déterminés à nous battre pour que les combustibles fossiles restent dans le sol », explique Nicole Figuereido Oliveira, directrice de 350.org Brésil et Amérique latine.

 

Plusieurs pays, parmi lesquels les États-Unis, le Canada, l’Espagne, l’Allemagne, l’Indonésie, les Philippines et le Nigeria, se sont fixé pour objectif de se libérer des combustibles fossiles. Au Brésil, les actions s’articulent autour d’un programme mis en place dans quatre régions : dans la vallée du Juruá (État d’Acre), à la centrale thermoélectrique de Pecém (État du Ceará), au chantier naval Jurong Aracruz (État d’Espírito Santo), ainsi qu’à Londrina et Maringá (État du Paraná).

 

Pour en savoir plus sur la campagne et découvrir comment vous pouvez contribuer aux actions, consultez le site www.liberte-se.org.

 

Nous espérons qu’un nombre record de personnes s’engageront à participer à ces actions destinées à déstabiliser le pouvoir de l’industrie, à dénoncer l’impact des projets fossiles les plus dangereux et les plus inutiles pour la planète, ainsi qu’à soutenir les solutions climatiques les plus ambitieuses.

DSC_0004

« Chaque individu forme un maillon essentiel de la chaîne et contribue à quelque chose de grandiose, qu’aucune autre organisation n’a jamais fait dans le monde : mobiliser des milliers de personnes pour dire non à un grand projet fossile », ajoute Nicole.

 

Lutter contre les changements climatiques

 

L’organisation 350.org Brésil prône le désinvestissement des combustibles fossiles pour limiter les changements climatiques et montrer que les énergies renouvelables sont essentielles pour construire l’avenir juste et durable dont nous avons besoin.

Nicole rappelle que 2015 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée et que les émissions ont franchi le seuil de 400 parties par million (ppm) de CO2 dans l’atmosphère. « Nous ne serons en sécurité que si nous parvenons à revenir à 350 ppm. Pour ce faire, nous devons promouvoir un changement historique et mondial dans notre système énergétique, et ce sans plus attendre », prévient-elle.

 

Não Fracking Brasil

 

COESUS, la coalition brésilienne contre la fracturation hydraulique et pour le développement durable, est partenaire de 350.org Brésil dans le cadre de la campagne « Libérons-nous des énergies fossiles ». Son coordinateur, Juliano Bueno de Araujo, insiste sur l’importance d’engager la société civile, les parlementaires et la population : « Nous voulons être maîtres de notre destinée ; l’heure est venue de proclamer haut et fort que nous ne laisserons pas l’industrie des hydrocarbures mettre nos vies en danger ».

Fondateur de COESUS, Juliano a lancé en 2013 une campagne contre la fracturation hydraulique, également appelée fracking, une technologie hautement polluante permettant d’extraire du pétrole et du gaz de schiste retenus à grande profondeur.

En plus de contaminer l’eau, de rendre le sol improductif, de polluer l’air et de provoquer des cancers chez l’homme et les animaux, la fracturation hydraulique entraîne systématiquement le rejet de méthane, l’un des principaux responsables du changement climatique. Plus grave encore, elle est désormais également associée au déclenchement de séismes.

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado.

Enquire here

Give us a call or fill in the form below and we'll contact you. We endeavor to answer all inquiries within 24 hours on business days.
[contact-form-7 id="5208"]